2ème VALIDATION DU TOGO A LA NORME ITIE : UNE MISSION DU SI-ITIE ECLAIRE LES JOURNALISTES SUR LE PROCESSUS D’EVALUATION

4117

Une mission du Secrétariat International de l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives (SI-ITIE) en séjour au Togo, a éclairé les professionnels des médias sur le processus d’évaluation du pays, au cours d’une conférence de presse tenue le jeudi 20 avril à Lomé.

Cette rencontre organisée par le secrétariat technique de l’ITIE, a été animée par le directeur
pays du SI-ITIE, Mme Giséna Granado, le consultant expert ITIE, Judicaël Taniny et le coordonnateur national de l’ITIE, Didier Kokou Agbémadon. Elle se situe dans le cadre du
démarrage de la deuxième validation du Togo, après celle de 2013, pour le maintien de la
conformité à la Norme ITIE. Cette conférence a permis à la mission d’élucider les journalistes sur ce qu’est l’ITIE, les objectifs et la durée de leur séjour ainsi que les résultats attendus.
Selon Mme Granado, l’ITIE est un mécanisme international institué pour évaluer les pays
dans le domaine minier pour s’assurer que les règles ou les pratiques instaurées par les Etats et les entreprises dans le secteur respectent la Norme de transparence et de qualité mondialement exigée.

A l’en croire, l’intérêt de ce processus qui concerne aujourd’hui 59 pays dans le monde, est de favoriser la bonne gouvernance et de permettre aux populations de ces Etats d’avoir accès à toutes les informations dans le secteur minier.
L’objectif de leur mission qui court du 20 au 26 avril est de vérifier sur le terrain la fiabilité
et la véracité des informations fournies par le comité national de pilotage au SI-ITIE et de s’assurer que les actions posées par l’Etat sont conformes à la Norme de qualité exigée, a-t-elle confié.

La mission, a-t-elle ajouté, s’entretiendra avec les différentes parties prenantes à savoir les
membres du comité de pilotage, l’administration publique, la société civile et les entreprises en vue de la collecte des informations pour la rédaction du rapport initial. Ces informations seront relatives à la production, la commercialisation, la distribution des revenus et la contribution sociale des entreprises.
Mme Granado a fait remarquer que, depuis 2016, les pays ne sont plus évalués suivant la
conformité à la Norme mais plutôt en fonction des progrès réalisés au niveau de toutes les exigences d’où dorénavant leur classification dans quatre catégories de progrès à savoir satisfaisant, significatif, actif et inadéquat. Elle a précisé que le processus d’évaluation nationale est assez long et les résultats ne seront communiqués au Togo qu’au 3è trimestre de 2017 après la mission d’un autre consultant et la réunion des membres du SI-ITIE.
Le consultant et expert de l’ITIE, Taniny a apporté des clarifications sur les responsabilités
sociales des sociétés minières dans le développement des communautés des zones d’extraction.

Le coordonnateur national, Kokou Agbémadon a souligné qu’au cours du processus
d’évaluation les organes de mise en oeuvre sont tenus d’apporter les preuves des informations ou des données fournies à travers des procès-verbaux, des documents bancaires, des décisions ou d’autres écrits. Il a ajouté que le nouveau processus est plus rigoureux car il oblige les Etats à satisfaire toutes les exigences qui comportent elles-mêmes des contraintes.

M Agbémadon a fait savoir que des sanctions allant de la suspension à la radiation sont
prévues en cas de refus ou de manque de volonté pour un Etat de se conformer aux exigences établies. Il a convié la société civile à jouer sa partition dans la mise en oeuvre de l’ITIE au Togo.

Les débats ont permis aux professionnels des médias d’être davantage édifiés sur d’autres
sujets liés à la mission et au processus ITIE.

ATOP/MEK/TJ