Cancel Preloader

INSTALLATION COMITES LOCAUX DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE L’EXTREMISME VIOLENT/SAVANES

Le ministre de la sécurité et de la protection civile a procédé  à l’installation du comité préfectorale de prévention et de lutte contre l’extrémisme violent  de Tône. Le comité est composé de 17 membres de diverses couches sociales. In aura pour mission de contribuer à maintenir la paix et la coexistence pacifique dans la préfecture. Cette installation est la première étape d’une série d’installation dans la région des Savanes.

Avec cette onction du ministre de la sécurité et de la protection civile le comité préfectoral tône de prévention et de lutte contre l’extrémisme violent devient opérationnel. Composé de 19 membres issus de diverses couches socio professionnelle, il a cette particularité d’être un mécanisme souple, essentiellement préventif. Les membres vont œuvrer en amont auprès des populations pour lutter contre la radicalisation et l’extrémisme violent dans la préfecture.

Le comité préfectoral de prévention et de lutte contre l’extrémisme violent va coordonner les activités des comités cantonaux et servir de courroie de transmission entre le niveau cantonal et le niveau central. De la bonne analyse et de la qualité des synthèses qu’il fera remonter au comité interministériel dépendront de la sérénité de la réaction du gouvernement et surtout de l’efficacité de la réponse de l’état.

Humilité et courtoisie se sont les maîtres mots du ministre de la sécurité de la protection civile à l’endroit des membres afin de susciter l’adhésion des populations à la coproduction de la sécurité. Le comité préfectoral va œuvrer au côté de l’opération koundjouaré et qui est-elle un dispositif militaire pour prévenir les migrations des djihadistes au Togo. Dans cette lutte acharnée pour anéantir dans l’œuf les germes de l’extrémisme violent le Togo se fait accompagner par le programme des nations unies pour le développement PNUD, l’ambassade des Etats unis au Togo et l’institut stratégique de  sécurité du Sénégal.

Tchaazing’nam BAGAH

A Lire