JOURNEE MONDIALE DE L’EAU EDITION 2017 : LE MINISTRE EN CHARGE DE L’HYDRAULIQUE EXHORTE SES CONCITOYENS A AVOIR UN NOUVEAU REGARD SUR LES QUESTIONS D’ASSAINISSEMENT

5864

L’humanité tout entière célèbre le mercredi 22 mars la journée mondiale de l’eau instituée en 1992 par l’Assemblée Générale des Nations Unies. A l’occasion de cette célébration axée cette année sur le thème « Eau et les eaux usées », le ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de l’Hydraulique, Colonel Ouro-Koura Agadazi a adressé le mardi 21 mars un message à la nation.

A l’entame de son intervention, le ministre Agadazi a précisé que la finalité de ce message
qui, selon lui, est de sensibiliser les acteurs de production, de gestion et de consommation de l’eau sur les enjeux essentiels. Ceci en vue de mener des actions concertées et concrètes pouvant contribuer à la préservation et à l’amélioration de la couverture en eau potable et des conditions d’assainissement au profit des populations. L’intervenant a mis l’accent sur l’importance de l’eau de boisson et la gestion des eaux usées.

Evoquant la situation du Togo, le ministre en charge de l’eau a confié que la problématique de l’eau a été toujours au coeur des préoccupations du gouvernement qui, en 2005 a pris des mesures pour améliorer les conditions de vie des populations, notamment en matière d’accès à l’eau potable et à des services d’assainissement adéquats. Pour lui, l’ambition des pouvoirs publics est « qu’à l’horizon 2030, les ressources en eau du Togo soient connues, mobilisées, exploitées et gérées en garantissant à toute la population et pour tout usage un accès universel, équitable, durable et à un coût abordable, aux services d’eau et d’assainissement performants dans un cadre de vie assaini, un environnement protégé
contribuant au développement durable du pays ».

Le ministre Agadazi a également signalé la mise en oeuvre des réformes d’envergure de poursuite de l’amélioration du système de gouvernance de l’eau potable. Il a entre autres cité la création de la Société de Patrimoine en Eau et Assainissement en milieu Urbain et semi-urbain (SPEAU) destiné à assurer la gestion et le développement du patrimoine de l’Etat dans le sous-secteur de l’alimentation en eau potable et de l’assainissement en milieu urbain et semi-urbain et, la Togolaise des Eaux (TdE) chargée de l’exploitation. Dès lors, le taux de desserte en eau potable a connu une amélioration passant de 42% au plan national en 2005 à plus de 52% actuellement. Ce taux par milieu, se chiffre à 57,67% en
milieu rural, 47,40% en milieu semi-urbain et 50% en milieu urbain a précisé le Colonel Agadazi.

L’intervenant a déploré le fait que l’eau, une ressource naturelle indispensable à la vie est la
première cause de mortalité et de maladies. Il a indiqué que 80% des maladies sont liées à l’eau dans les pays du tiers monde et les eaux usées présentent des risques pour la santé humaine et l’environnement si elles ne sont pas traitées adéquatement avant leur rejet. Les contaminants peuvent affecter la qualité des eaux des lacs, des fleuves et la santé de la faune aquatique.

Par rapport au sous-secteur de l’assainissement, le ministre Agadazi a confié que le gouvernement a initié le Projet d’Aménagement Urbain du Togo, phase 2 (PAUT II) à Lomé et ses environs, le projet pilote d’assainissement de la ville de Kara et le projet toilettes pour tous à Sokodé. Ces ouvrages d’évacuation des eaux fluviales et de gestion des eaux usées et excrétas ont permis, de juguler le problème récurrent d’inondations et d’insalubrité faisant passer, selon lui, le pourcentage des ménages utilisant des installations sanitaires améliorées de 52,1% en 2005 à 57% en 2015.

Il a exhorté les ménages et les entreprises à avoir un regard nouveau sur les questions
d’assainissement et à se conformer aux dispositions réglementaires prévues dans la loi portant code de l’eau au Togo, notamment en matière de gestion des ouvrages d’assainissement et de rejet des eaux usées dans le milieu naturel et aquatique afin de préserver l’environnement et la santé publique.

En prélude à cette célébration dont l’apothéose est prévue le mercredi 22 mars à Kara, le ministère chargé de l’Hydraulique a organisé des séminaires ateliers consacrés à la sensibilisation et à la vulgarisation de la loi portant code de l’eau et au thème de la journée « Eau et les eaux usées » à l’intention des acteurs de production et de gestion des ressources en eau.

Ces ateliers ont servi de cadre d’échanges sur les dispositions dudit code et de son décret
d’application et de recherche de solutions à la gestion des eaux dans un contexte de protection de l’environnement, de changement climatique et de croissance démographique. Il était aussi question d’attirer l’attention des délégués sur la nécessité de mener des actions concertées en matière d’amélioration de la couverture en eau potable et des conditions d’assainissement afin de préserver l’environnement et la santé humaine.
Les participants ont été renseignés sur l’aperçu de la loi portant code de l’eau et de ses textes d’application, le code de l’eau et la gestion des eaux usées, les redevances d’utilisation et de pollution de l’eau, le guide de réalisation des forages et les réformes dans le secteur de l’eau. Ils ont également planché sur des questions liées au cycle de l’eau, à l’eau et aux eaux usées, à la définition des concepts risques sanitaires et environnementaux, au cadre juridique et institutionnel de la gouvernance de l’assainissement. D’autres communications ont trait à l’état des lieux du réseau des eaux usées au Togo, aux enjeux et aux perspectives, au projet d’assainissement de la ville de Kara et au système de drainage
des eaux pluviales à Lomé.

ATOP/SAS/KYA