Flash ::
KOSAH / PROJET D’APPUI AUX PROCESSUS ELECTORAUX : OUVERTURE D’UN ATELEIR DE FORMATION DES AGENTS DES FORCES DE L’ORDRE ET DE SECURITE SUR LE MAINTIEN D’ORDRE EN PERIODE ELECTORALE

KOSAH / PROJET D’APPUI AUX PROCESSUS ELECTORAUX : OUVERTURE D’UN ATELEIR DE FORMATION DES AGENTS DES FORCES DE L’ORDRE ET DE SECURITE SUR LE MAINTIEN D’ORDRE EN PERIODE ELECTORALE

Un atelier de formation des formateurs s’est ouvert autour du thème « le respect des principes démocratiques en contexte électoral » le mardi 13 novembre à Kara.

Cette rencontre est organisée par le Centre Régional des Nations Unies pour la Paix et le Désarmement en Afrique (UNREC) en partenariat avec le gouvernement togolais, le bureau du Haut Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme (HCDH) et le Comité International de la Croix Rouge (CICR) à l’endroit des forces de l’ordre et de sécurité. Elle se situe dans le cadre du projet appui au processus électoraux (PAPE) financé par l’Union Européenne et mis en oeuvre par le PNUD.

Il est question à travers ce rendez-vous de renforcer l’encrage des forces de sécurité togolaises aux principes démocratiques, à la citoyenneté, aux droits de l’Homme et aux principes humanitaires lors de leurs interventions opérationnelles.

Le rencontre vise aussi à contribuer à la consolidation de la démocratie, de l’Etat de droit, la paix et la sécurité. Il s’agit également d’amener les participants à comprendre les normes nationales et internationales relatives aux droits de l’Homme et à la démocratie en matière de maintien de l’ordre en période électorale.

Au cours de la rencontre les participants suivront des cours magistraux interactifs et des cas pratiques autour de plusieurs thématiques. Il s’agit entre autres de la question électorale au regard des instruments internationaux sur les droits de l’homme ; la gestion des réunions et manifestations publiques par les forces de l’ordre ; le maintien de l’ordre et principes humanitaires universels. La synthèse de l’étude des cas sur l’état du maintien de l’ordre en contexte électoral ; le code électoral et le code de conduite pour les responsables dans l’application des lois ; le rôle de la hiérarchie des
forces de sécurité.

Ils suivront aussi des séances de cas pratiques dans le domaine du maintien de l’ordre, des projections de film sur les soins de santé en cas de danger. Le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, Damehane Yark à l’ouverture, a précisé que cette formation s’inscrit dans une série d’actions programmées pour offrir au pays un cadre électoral sécurisé dans la perspective des prochaines élections législatives. Il a recommandé aux forces de l’ordre d’observer une stricte neutralité et une responsabilité empreinte de responsabilité, de retenue en excluant toute forme violence dans l’exercice de leur fonction en période électorale. Le ministre a rappelé à ces interlocuteurs que ceux qui agiront aurement seront traités comme tels avec la rigueur de la loi, car dit-il « la loi est dur mais c’est la loi ».

Le chargé du programme au Centre Régional des Nations Unies pour la Paix et le Désarmement en Afrique, Kossi Mawuli Agokla a réitéré la disponibilité de l’ensemble des partenaires techniques et financiers à accompagner les efforts du gouvernement dans le cadre du maintien de l’ordre, de la sécurité et de la paix.

Le préfet de la Kozah, col Bakali Hèmou Badibawu a exprimé sa gratitude au chef de l’Etat et à son gouvernement pour l’importance qu’il accorde à la paix et à la sécurité dans le pays surtout avant pendant et après chaque processus électoral. Il a indiqué que la sécurité des personnes et des biens est une des priorités du chef de l’Etat afin d’éviter la violence sous toutes ses formes et assurer la consolidation de la paix, de la démocratie et de l’Etat de droit.

ATOP/BN/AYH

Print Friendly