LA POPULATION DU MOYEN-MONO EXHORTEE A MAINTENIR LA PAIX ET LA SERENITE

1888

Une délégation des cadres de Unir du Moyen-Mono a échangé le dimanche 22 octobre avec les militants, les points focaux cantonaux de Unir, des personnes ressources, des chefs cantons et associations de la préfecture sur la situation politique actuelle du Togo.

La délégation est composée du conseiller à la présidence de la République, Djossou
Sémondji, Pr Sodokin Koffi, une personne ressource du Haut-Commissariat à la Réconciliation et au Renforcement de l’Unité Nationale (HCRRUN), Mme Mensah Agnélé Christine et les députés de la localité Howanou Abert et Atchi N’Bouké.

Ils entendent à travers cette rencontre exhorter les populations de la préfecture à préserver le calme et la sérénité face à la situation politique dans le pays, à cultiver la paix et la cohésion sociale prônée par le chef de l’Etat pour le développement du Togo.

Il s’agit également de les informer sur la situation politique afin de les mobiliser pour le
référendum prochain sur le projet de loi portant sur les réformes constitutionnelles et
institutionnelles introduit par le gouvernement et voté à l’Assemblée nationale.
Les membres de la délégation ont tour à tour entretenu l’assistance sur le processus de
réforme enclenché dans le pays avec le projet de loi introduit par le gouvernement à l’Assemblée nationale. Ils ont expliqué qu’il porte sur la révision de la constitution notamment en ses articles 52, 59 et 60 relatifs à la limitation du mandat présidentiel, des députés et des maires, des sénateurs et à l’élection présidentielle au scrutin à deux tours.

Selon eux, après le vote du projet de loi par les 2/3 des élus à l’Assemblée nationale, un
référendum s’avère indispensable pour rendre obligatoire ou ajourner ce projet de loi.
Pour les députés Howanou et N’Bouké, les grandes préoccupations du projet de loi ont
tiré leurs sources de l’Accord Politique Global (APG), des recommandations de la Commission Vérité Justice et Réconciliation (CVJR) et des travaux issus du Haut-Commissariat à la réconciliation et au renforcement de l’unité nationale (HCRRUN). Ces documents de base ont permis au chef de l’Etat de faire la réorganisation des forces de défenses et de sécurité, la réévaluation du cadre électoral, la restructuration de la commission nationale indépendante, et surtout le décret portant nomination du chef de fil de l’opposition.

Les membres de la délégation ont exprimé leur gratitude à la population du Moyen-Mono
pour le calme et la sérénité dont elle a fait preuve pendant que dans d’autres localités du pays, des mouvements de contestations s’élèvent pour assombrir l’image du Togo.
Ils ont réaffirmé la volonté des cadres de l’Unir à soutenir les projets de développement
dans la préfecture et accompagné le président de la République Faure Gnassingbé dans sa vision d’opérer des réformes constitutionnelles et institutionnelles dans le but de préserver la paix et la sécurité au Togo.

Les orateurs ont invité la population à oeuvrer dans le calme, la sérénité et à adhérer à la
politique du chef de l’Etat en participant massivement au référendum au moment venu. Ils ont exhorté les points focaux préfectoraux et cantonaux d’Unir, les personnes ressources de la préfecture du Moyen-Mono à relayer l’information auprès des populations pour un vote unanime autour de ce projet de loi qui, selon eux, marque une nouvelle ère pour le Togo.

Le chef du canton de Tohoun, Koulikpo Adjavivi XI a remercié la délégation pour sa
contribution qui vise à apaiser le climat tendu dans le pays. Il a exprimé la volonté de sa population de voir s’accroître les actions de développement dans la préfecture notamment la construction des marchés et l’extension de l’assurance maladie aux enfants des écoles conventionnelles.

La rencontre a été également marquée par des chants et danses des groupes folkloriques et une minute de silence pour les personnes tombées dans les différentes manifestations politiques.

ATOP/YM/DA