Cancel Preloader

L’ANADEB, 10 ANS AU SERVICE DES POPULATIONS

L’Agence nationale d’appui au développement à la base (ANADEB), a pesé dans la lutte contre la pauvreté au Togo, de par son engagement à promouvoir le développement socioéconomique d’un pays émergent.

Dix (10) ans après son existence, l’Agence qui se veut plus déterminer, s’engage à faire davantage pour accompagner les efforts du gouvernement, dans la réalisation de ses objectifs au profit des populations.

Mise en place par le gouvernement en 2011, l’ANADEB, bras opérationnel du ministère du développement à la base, a fait rejaillir les retombés de 6 projets et programmes sur les ménages togolais. Parmi ceux-ci figure, « le programme de soutien aux micros projets et infrastructures communautaires (PSMICO), le programme de développement communautaire en zone urbaine (PDC-ZU), le projet de soutien aux activités économiques des groupements (PSAEG), le projet d’accompagnement des communautés dans l’entretien manuel des routes et pistes (cantonnage), le projet de filets sociaux et services de base (FSB) et le projet d’opportunités d’emploi pour les jeunes vulnérables (EJV) ».

Depuis sa création, plus de 100 milliards de francs CFA ont été investis pour rehausser les conditions de vie des Togolais. Les résultats obtenus témoignent de l’efficacité du travail accompli sur le terrain. La construction de 608 hangars de marché, la construction et la réhabilitation d’une centaine d’infrastructures de santé publique, pour ne citer que ces initiatives, en sont les preuves.

À travers plusieurs partenariats dont celui de la banque mondiale qui a doté l’institution d’une enveloppe de 5,04 milliards de francs CFA, l’ANADEB intervient auprès de 1500 communautés à la base dans plus de 300 cantons pauvres.

Chaque année, l’institution mobilise environ 300 000 Togolais pour l’entretien des rues, le curage des caniveaux et l’enlèvement des dépotoirs sauvages. Une initiative, qui offre aux populations des moyens de développer leurs communautés respectives, en permettant à ces derniers, de lever des fonds pour acquérir des meubles pour les écoles, réaliser des ouvrages d’eau, équiper des centres de santé communautaire avec des matériaux et consommables de soins.

Mais en dépit des efforts, les défis n’en demeurent pas moins, surtout avec la crise sanitaire liée à la Covid-19, qui a dû conduire l’Agence à une réorientation de ses actions au bénéfice des populations.

Face à la nouvelle donne et le défi d’émergence qui s’impose, il sera donc question pour l’Agence, de perpétuer et de renforcer davantage sa collaboration avec le gouvernement, puisque la vie des communautés pauvres en dépend.

Ulrich AMEGA

A Lire