Cancel Preloader

PLAN SECTORIEL DE L’EDUCATION

Le Togo depuis quelques années s’est lancée dans un processus de restructuration de l’ensemble du système éducatif via le plan sectoriel de l’éducation. Un plan qui va permettre de relever un certain nombre de défis.

Ces dix dernières années, le Togo s’évertue à garantir une éducation de qualité équitable et accessible à tous. Un instrument de politique d’éducation nationale est élaboré ; le plan sectoriel de l’éducation. Un plan que le Togo met en œuvre depuis 2010 avec pour vision de redresser de façon significative le système éducatif. La troisième version révisée 2020-2025 est validé. Le partenariat mondial pour l’éducation depuis 2014 finance ce plan à plus de 15 milliards de francs CFA. Ce qui va améliorer l’ensemble du secteur éducatif sur toute l’étendue du territoire nationale.

Malgré les avancées significatives enregistrées ces dernières années dans le secteur éducatif, le Togo n’est pas parvenu à atteindre la scolarisation primaire universelle en 2015. Un objectif qu’il faut à tout prit atteindre d’ici à 2022. A terme, le Togo veut garantir un enseignement primaire de qualité pour tous régulier le flux, améliorer la pertinence et la qualité de l’offre de formation post fondamentale, ce qui va élever le niveau d’employabilité des sortant et contribuer efficacement au développement sociaux économique du pays.

Pour le premier cycle du secondaire, il est prévue une réduction du taux de transition entre le collège et le lycée qui passera progressivement de 62% en 2011 à 50% à 2025 avec un accent particulier sur l’amélioration du taux de rétention et d’achèvement au lycée. Ce qui devrait calibrer quantitativement les effectifs du cycle en conformité avec les capacités d’accueil de l’enseignent supérieur. Le Togo est dans une logique d’une offre de formation supérieur performante répondant aux standards internationaux et orienté vers le marché de l’emploi. Le pays prévoit également développer au profit des maitres artisans et artistes agricoles des structures et formation courte d’apprentissage. Quant à l’enseignement supérieur, l’Etat veut d’abord régulier les flux à l’entrée du second cycle du secondaire. Au niveau de la redistribution des effectifs, des mesures sont en cours notamment le développement de l’enseignement privé, le développement progressif d’un enseignement à distance pour environ 16 mille étudiants à l’horizon 2025 soit 10% des effectifs public. Il est également prévu un rééquilibrage des effectifs entre les filières académique, technologique et professionnel. Il faut dire que le plan sectoriel de l’éducation est entrain de réguler, de structurer et de dynamiser davantage le secteur éducatif, facteur de croissance et de développement économique.

Dodo WARE

 

 

A Lire