RAPDA–TOGO SOUTIENT LE DROIT A L’ALIMENTATION

6284

Le Réseau Africain pour le Droit à l’Alimentation (RAPDA)- Togo a organisé, en partenariat avec l’ONG danoise Bornefonden, le vendredi 16 décembre à Lomé, une conférence de presse pour réaffirmé son devoir de lutter en faveur du droit à l’alimentation des couches
sociales.

Cette conférence de presse a pour finalité de sensibiliser et d’informer les professionnels des médias, d’une part, sur la position du RAPDA -Togo d’oeuvrer pour le respect du droit à l’alimentation de la population, et d’autre part, solliciter la collaboration des journalistes dans cet engagement. Il s’agit également de passer par les journalistes pour que l’opinion sache que malgré les efforts du gouvernement dans ce domaine, beaucoup reste encore à faire. Il est aussi question à travers cette rencontre de noter qu’il y a un manque d’éducation autour du concept au droit lié à l’alimentation.

La conférence de presse a été animée par le point focal RAPDA-Togo, Mme Claire Quenum. Elle a indiqué que le droit à l’alimentation n’est pas connu en Afrique. Elle a de ce fait défini en substance le droit à l’alimentation comme la nécessité pour tout être d’accéder à la nourriture, quantitativement et qualitativement, même s’il ne le produit pas lui-même. Pour Mme Quenum, cette alimentation doit respecter, entre autres, les besoins, la culture, l’âge et le sexe de la personne bénéficiaire. L’oratrice a ajouté que le droit à l’alimentation diffère du droit à être nourri car, a souligné le point focal du RAPDA -Togo que la personne qui réclame son droit à l’alimentation doit aussi travailler. Au Togo, a ajouté Mme Quenum, le gouvernement fait des efforts en faveur du droit à l’alimentation, mais du travail reste encore à faire pour un mieux- être de la population.

Quant à M. Bagaram Moise du Centre Coopératif pour le Développement Rural Intégré (CECODRI), membre du RAPDA -Togo, il a saisi l’occasion pour annoncer les activités que va entreprendre le RAPDA -Togo en 2017, comme le renforcement de capacités des acteurs; conduire un processus de plaidoyer à l’endroit des gouvernants à mettre en place un environnement souhaité ; la célébration de la journée mondiale de l’alimentation et l’élaboration d’un programme national de 5ans sur la promotion du droit à l’alimentation au Togo.

ATOP/ JV/APS