PASSATIONS DES MARCHES : LES ACTEURS SE FORMENT SUR LE CONTROLE DES SERVICES ET DES FINANCES PUBLIQUES

3786

Une formation sur « Les pratiques d’audit en matière de passation des marchés publics » à l’intention des corps de contrôle et des points focaux des autorités contractantes a démarré le lundi 27 février à Lomé.

Initiée par l’Autorité de Régulation des Marchés Publics (ARMP), cette formation regroupe
des magistrats de la cour des comptes, des inspecteurs d’Etat, des finances et du trésor public et des contrôleurs financiers.

Durant trois jours, ces contrôleurs seront outillés sur les pratiques d’audit du système des
marchés publics pour mieux apprécier les rapports d’audit que l’ARMP leur transmet annuellement dans le cadre de leur mission de contrôle de régulation et de performance des dépenses publiques.

Les travaux, porteront sur le processus de passation des marchés publics et la cartographie des risques dans le domaine de la fraude et de la corruption dans les marchés publics.
Le directeur de l’ARMP, René Kapou a rappelé que la cour des comptes et les corps d’inspection de l’Etat ont la charge d’assurer le contrôle des services et des finances publiques notamment la vérification de la gestion des deniers publics que l’Etat met, chaque année, à la disposition des autorités contractantes pour les acquisitions publiques.

« Les marchés publics sont une modalité d’exécution du budget de l’Etat auquel tous les citoyens concourent en payant leurs impôts ; et pour éviter toute dérive dans cette gestion, la réglementation qui régit les marchés publics a prévu des contrôles périodiques. C’est ainsi que conformément à ses attributions, l’ARMP fait procéder, chaque année, à des audits confiés à des cabinets indépendants, de réputation professionnelle et préalablement recrutés dans le respect des dispositions législatives et réglementaires en vigueur », a souligné M. Kapou.

L’expert du cabinet Grant Thornton du Sénégal, Boubacar Ndiaye a mentionné qu’il s’agira de faire un aperçu sur les différents contrôles prévus par les textes et les composantes de l’audit à savoir la planification, l’exécution, et l’ossature des rapports pour qu’à l’issue de cette formation, les participants puissent rédiger des rapports de manière convenable.

ATOP/OAF/DHK